[GUIDE] Choisir sa crème solaire écologique respectueuse de l'Océan ☀️

Planète
Temps de lecture :
7 minutes
23/6/22
🤓
7 minutes
23/6/2022
Toi aussi t'as envie de changer le monde sans sacrifier ton plaisir ? Rejoins Juliette pour supprimer le plastique à usage unique de nos maisons !

Dans un monde idéal, on ne devrait pas avoir à choisir entre sa santé et le bien de la planète. Pourtant, quand vient l’été, c’est toujours la même question qui revient…  Faut-il ou ne faut-il pas s’enduire de crème solaire pour se protéger du soleil ? 

 

Impossible de préparer sa peau au soleil sans la protéger… Quitte à fermer les yeux sur les conséquences néfastes de certains produits solaires sur l’environnement ?  Certainement pas !

Dans cet article, on verra qu’il est possible de protéger sa peau du soleil tout en épargnant la planète. Comment ? En choisissant ses produits solaires avec soin 🧐. Envie de passer en revue les crèmes solaires écologiques respectueuses de l’Océan ? Suivez le guide, moussaillons ! 🧐 

Quels sont les effets de la crème solaire sur l’Océan ? 🌊

Ce n’est plus un secret : les soins solaires soulèvent de vrais enjeux environnementaux… notamment vis-à-vis des mers et des océans. Et pour cause… 

👆  Il faut savoir que les produits solaires polluent l’océan à deux degrés différents : 

  • Il y a d’abord leur packaging. Pour rappel, un emballage en plastique a de fortes chances de se retrouver dans l’Océan (selon une étude sortie en 2021, les océans contiendraient 578 000 tonnes de plastique… rien que ça !). Or, le plastique reste le matériau privilégié des marques de cosmétiques. Simple, économique et pratique, il garantit de bonnes conditions de conservation… à l’inverse du carton, qui n’est pas du tout adapté, quand il s’agit de conserver des produits liquides.

    💡  Heureusement, de nombreuses marques de cosmétiques privilégient aujourd’hui le plastique recyclé.

  • Au-delà de leur emballage, c’est la composition même des protections solaires qui pose aussi problème, la plupart du temps.

La raison ? Les filtres UV présents dans ces produits, bien souvent chimiques… et dérivés du pétrole !! Ces filtres UV sont particulièrement néfastes pour les micro-organismes qui peuplent les océans, comme les coraux. Or, les récifs coralliens sont de fantastiques lieux de vie, à la biodiversité exceptionnelle. Comme on l’expliquait dans un article consacré à la culture de coraux, on estime que les récifs coralliens abritent jusqu’à 25% de la vie marine.

De leur côté, les filtres minéraux sont à peine mieux… Développés à partir de particules de minéraux, ils ne sont pas chimiques, mais contiennent généralement des nanoparticules (dioxyde de titane et oxyde de zinc, entre autres). Problème : ces substances, si elles sont issues de la nature, ne sont pas franchement recommandables pour la santé ! 

Par exemple, le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) a classé en 2006 le dioxyde de titane comme étant un "cancérogène possible chez l'Homme”. On suspecte aussi ces filtres minéraux d’être à l’origine du blanchiment des coraux… 

💡 Bon à savoir

En France, le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc, qui sont deux microparticules, sont autorisés dans les produits solaires.

Comment choisir sa crème solaire ? 🧴

Bon. On fait comment, alors, sans filtre chimique ET sans filtre minéral ? Il est indispensable de protéger sa peau du soleil pour éviter les cancers cutanés - causés en majorité par les rayons UV ! Faire l’impasse sur les protections solaires n’est donc pas une option. 

La bonne nouvelle, c’est que les produits solaires ne cessent de s’améliorer avec le temps ! Aujourd’hui, il est possible de protéger sa peau sans (trop) impacter l’Océan - on parle même aujourd’hui de filtres solaires “nouvelle génération”. 

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter quand on choisit sa crème solaire écologique ? 

  1. Tout d’abord, il faut commencer par examiner avec attention la composition des produits (c’est valable pour n’importe quel produit de cosmétique, d’ailleurs). En pratique, ça revient à décrypter leurs listes INCI pour déceler les ingrédients problématiques (notamment les filtres solaires tels que l’octocrylène, l’avobenzone, l’homosalate, l’octinoxate…)

  2. S’ils ne sont pas parfaits, les filtres minéraux restent largement préférables aux filtres chimiques. Quand on n’a pas le choix, il vaut mieux opter pour une crème avec filtre UV minéral, du coup. Contrairement aux crèmes qui contiennent des filtres chimiques, les crèmes solaires minérales ne pénètrent pas l’épiderme (à condition de ne pas contenir de nanoparticules) : elles se contentent de réfléchir les rayons ultraviolets du soleil, tel un bouclier ! Et, en prime, elles sont moins susceptibles de contenir des perturbateurs endocriniens que les crèmes aux filtres chimiques… Quant à leur composition naturelle, elle est bien moins toxique pour les océans !

  3. Dans une démarche éco-responsable, il est également préférable de privilégier les produits solaires aux emballages écologiques (biodégradables, recyclés et recyclables…)

  4. Bien évidemment, pour pouvoir bronzer en toute sécurité, il est indispensable de choisir le niveau de protection solaire adapté à son phototype.



    💡 Pour rappel : 

Pour les peaux très claires (albinos) qui ne bronzent pas - car incapable de synthétiser la mélanine (phototype 0) 👉 une protection maximale (SPF 50+) est indispensable.

Pour les peaux très claires (voire laiteuse) qui ne bronzent pas, mais brûlent facilement (phototype 1) 👉 une protection maximale (SPF50+) est aussi indispensable. 

Pour les peaux claires qui bronzent légèrement (phototype 2)  👉 une crème solaire de haute protection (SPF 50) est vivement conseillée.

Les peaux claires à mates qui arrivent à bronzer progressivement (phototype 3, dit “intermédiaire”) peuvent se contenter d’une crème à l’indice SPF 30. 

Les peaux mates qui bronzent aisément sans brûler (phototype 4) peuvent se contenter d’une crème avec un SPF compris entre 15 et 30. 

Les peaux très brunes (phototype 5) peuvent également s’orienter vers des produits solaires avec un SPF compris entre 15 et 30 - de même que les peaux noires (phototype 6).  

UVA vs UVB : quelles différences ?

Ces deux types de rayons ultraviolets sont tous deux émis par le soleil, mais possèdent chacun leurs spécificités ! 

Les rayons UVA sont plus profonds et plus dangereux - car ils peuvent pénétrer la peau jusqu’au derme. Ce sont eux qui sont souvent à l’origine du vieillissement cellulaire prématuré, des tâches pigmentaires...

Les rayons UVB, de leur côté, ne pénètrent que l’épiderme. Ils sont surtout responsables des coups de soleil que l’on attrape parfois et sont à l’origine d’une bonne partie des cancers de la peau.

💡  Il existe une troisième catégorie de rayons : les rayons UVC, qui sont particulièrement néfastes. Heureusement, ils n’atteignent pas la surface de la terre ! 

Crèmes solaires écologiques : nos 3 favorites 🥰

Et on finit par une petite sélection de crèmes solaires écologiques et 100% safe. On a choisi de nous focaliser sur les marques ayant à cœur la protection des écosystèmes marins. 

Les crèmes solaires minérales de la marque NIU 

 Sans plastique, made in France et dépourvu de nanoparticules, le filtre minéral de la marque Niu permet de protéger sa peau sans impacter la planète ! Si ce produit contient du dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc, c’est en principe sans danger pour la santé. En effet, la marque affirme que ces filtres minéraux ne sont pas présents sous la forme de nanoparticules… Conséquence : ils ne peuvent pas pénétrer la peau ! 

La crème solaire minérale bio à l’huile de karanja de la marque Comme Avant (SPF 50)

Certifiée Bio Cosmos Organic et vegan, cette crème solaire a le mérite d’être minimaliste. À l’intérieur, on retrouve un seul filtre minéral (de l’oxyde de zinc), de la cire de tournesol, de l’huile de moringa, du beurre de karité, de l’huile de Karanja et de la poudre de riz. En prime, son emballage est recyclable. 

La crème solaire SPF 50+ de La Rosée

Enrichis en huile d’abricot bio et en filtres organiques dits “nouvelle génération”, les produits de La Rosée se veulent respectueux de l’environnement. Dans leur formule biodégradable, on retrouve un complexe unique de quatre filtres non toxiques pour la biodiversité marine.

Comme détaillé sur le site (on salue d’ailleurs l’approche transparente de La Rosée), cette formule se compose de : 

☀️ Diethylamino Hydroxybenzoyl Hexyl Benzoate : protège des UVA.

☀️ Bis-Ethylhexyloxyphenol Methoxyphenyl Triazine : protège des UVA et UVB.

☀️ Ethylhexyl Triazone : protège des UVB.

☀️ Phenylbenzimidazole Sulfonic Acid : protège des UVB.

 Le tout, emballé dans un tube d’origine végétale. Ce produit solaire convient aux femmes enceintes et aux enfants dès 3 ans. 

Choisir sa crème solaire écologique en conclusion


Protéger sa peau du soleil tout en préservant les écosystèmes marins, c’est possible ! 

S’il n’est pas forcément évident d’opter pour le 100% naturel (d’ailleurs, une protection solaire 100% naturelle, ça n’existe pas, pour le moment), il y a un juste milieu à trouver, et il se situe entre vos besoins et vos convictions.

L’essentiel, au final, est de faire de son mieux pour diminuer son impact sur l’océan. Opter cet été pour une crème solaire dépourvue de produit chimique, c’est déjà un pas dans la bonne direction !

DÉCOUVRIR
Mascotte JU par Juliette

[E-book] Découvrez pas à pas le recyclage du plastique avec vos enfants !

Recevez gratuitement la Recyclopédie dans votre boîte mail. Un e-book de 25 pages dédié au recyclage, de votre poubelle jaune jusqu'à la seconde vie de nos déchets. Découvrez une information simplifiée et illustrée, mettez en pratique vos connaissances lors de quiz et d'activités à réaliser avec vos enfants.
En cliquant sur "J'accepte", des cookies seront stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser son utilisation et de contribuer à nos efforts marketing. Politique de confidentialité