Tout savoir sur la pêche en mer et son impact 🐟🎣

Planète
Temps de lecture :
6 minutes
27/1/22
🤓
6 minutes
27/1/2022
Toi aussi t'as envie de changer le monde sans sacrifier ton plaisir ? Rejoins Juliette pour supprimer le plastique à usage unique de nos maisons !

Saaaalutations matelot, ici Ed - le seul, l’unique. Comme tu le sais peut-être, chez Juliette, l’univers marin nous importe particulièrement. Il fait partie de notre ADN - ben ouais, le gel douche JU est un produit 100% normand. Alors forcément, la mer et son écosystème, il nous tient à cœur de les protéger. 

Et pour y arriver, point de secret : il faut avant tout s’informer ! Dans cet article, on va étudier ensemble les différentes techniques de pêche en mer et leur impact écologique. Sors ton calepin et prends des notes, moussaillon : c’est l’heure de la leçon !


Un petit historique de la pêche

Bon, tu t’en doutes : la pêche existe depuis à peu près toujours. Elle est même admise dans Koh Lanta - c’est dire… Oui mais voilà, au fil des siècles, ses usages ont nettement évolué ! 

À l’époque de la préhistoire, la pêche, c’était avant tout un moyen de survivre. Pour l’Homo erectus, sans poissons, point de salut. C’est d’ailleurs ce qu’on appelle “la pêche de subsistance”. Il faut attendre l’Antiquité pour que celle-ci devienne un objet de commerce… Les Romains étaient d’ailleurs de grands consommateurs de poissons, comme l’attestent les nombreuses mosaïques romaines dont la pêche est le thème récurrent ! 

Et puis, à partir du XIXᵉ siècle, c’est la décadence ! 😱 Avec l’invention des bateaux à vapeur, la pêche en haute mer prend son envol… Sky devient alors THE LIMIT ! Avec des bateaux plus puissants, les pêcheurs peuvent jeter leurs filets dans des eaux plus profondes.  

Résultat des courses ? Deux siècles plus tard, on en est à un niveau de surconsommation avancé. Aujourd’hui, on estime que 90 millions de tonnes de poissons sont pêchés chaque année ! Pire : près 1000 milliards de poissons sont tués par décompression (tu sais, le changement de pression entre les différents paliers de profondeurs) et suffocation par ces pratiques de pêche intensives… Des chiffres ahurissants qui donnent envie de se retrousser les manches et de pratiquer une pêche plus durable, non ? 


Les différentes techniques de pêches en mer

Quelles sont donc les méthodes de pêches les plus courantes ?  Si le matériel a évolué avec le progrès technologique, les pratiques restent, dans les grandes lignes, quasiment les mêmes.

Technique 1 : La pêche au chalut

 C’est le grand classique, le Stairway to heaven des méthodes de pêche : la pêche au chalut - également appelée chalut de fond. En pratique, cette méthode consiste à déposer un grand filet de pêche conique ayant la forme d’un entonnoir à l’arrière d’un bateau. Il existe aujourd’hui plusieurs types de chaluts : le chalut de fond à panneaux, le chalut en bœuf de fond, le chalut pélagique à panneaux… Selon les espèces de poissons ciblées, les filets ne seront pas les mêmes ! 


💡 Bon à savoir

Depuis 2016, le chalut de fond est interdit en Europe au-delà de 800 mètres de profondeur (voire 400 mètres dans les zones dites « d’environnement marin vulnérable »). Une très bonne nouvelle pour nos fonds marins ! Cette technique, qui capture des espèces très profondes, a le chic de racler les fonds marins en tuant au passage des écosystèmes précieux, comme les coraux, les éponges… Pauvre Elliot 😭

schéma pêche au chalut

Technique 2 : La pêche au filet 

Un autre classique des méthodes de pêche consistant à jeter dans l’eau de grands filets rectangulaires que l’on fait tenir verticalement dans l’eau à l’aide de flotteurs et de lests. Cette technique permet de pêcher la lotte, la raie, la sole, la langouste, le bar…

schéma pêche au filet

Technique 3 : La pêche à la drague

Cette technique consiste à jeter une énorme poche (celle-ci est en filet ou en métal, et possède une lame ou des dents) dans les fonds marins. Problème : cette technique, certes efficace, détruit tout sur son passage… L’engin prend tout ce qui passe sur son chemin quitte à rejeter le superflu ensuite. On utilise cette technique pour pêcher la coquille Saint-Jacques, la palourde, la moule, l’amande… Bref, que des coquillages !

schéma pêche à la drague

Technique 4 : La pêche aux casiers

Ici, on pose d’énormes cages recouvertes d’un grillage au fond de l’eau. Ces cages contiennent un appât (appelé « boëtte ») qui attire tout naturellement les poissons à l’intérieur. Résultat ? Les poissons sont vite pris au piège.

La technique des casiers cible tout particulièrement certains crustacés, comme le crabe vert, le homard, la crevette rose, la seiche, la langouste, le tourteau… 

schéma pêche aux casiers


En quoi la pêche industrielle pose problème ?

À l’heure actuelle, on prête à la pêche industrielle de nombreux méfaits. En plus d’occasionner de la surpêche (ben oui : pas sûr qu’il soit nécessaire de pêcher chaque année 1 000 milliards de poissons…), ces pratiques détruisent les fonds marins. Elle est responsable de millions de tonnes de “prises accessoires” qui sont ensuite rejetées en mer, abandonne de multiples déchets derrière elle… et donne du fil à retordre (on peut le dire) à la pêche artisanale.

Selon une étude publiée dans le magazine Science, la pêche industrielle exploite plus de la moitié de la superficie des océans… soit à peu près 200 millions de km².


⚠️ Gare au label MSC 

Depuis quelques années, le label MSC (pour « Marine Stewardship Council ») est au centre des débats. Et pour cause : ce label historique censé valoriser la pêche durable… semble certifier à tort près de 80 % des pêcheries industrielles dangereuses pour l’océan et ses écosystèmes ! 

Selon Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l'ONG contre la surpêche Bloom, « ce label dans lequel beaucoup de personnes avaient mis leurs espoirs est en fait un frein au développement d'une pêche durable ». La tuile ! 


Consommer du poisson de manière responsable, c’est possible

Si l’Homme ne manque pas de créativité pour pêcher, des efforts supplémentaires pourraient être démontrés pour adopter des méthodes de pêche plus durables. Car aujourd’hui, les chiffres sont alarmants.

Selon le rapport de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture publié en 2016, 31 % des stocks de poissons sont surexploités dans le monde. Un cercle vicieux qui signifie qu’en gros, on prélève des poissons sans leur laisser le temps de se reproduire… On comprend mieux pourquoi certaines espèces, comme le thon rouge, sont de plus en plus menacées. 

Mais alors, comment faire, en tant que consommateur, pour changer les choses ? 

  • La première chose à faire reste avant tout de mieux consommer. Concrètement, cela revient à privilégier les produits éthiques issus de pratiques de pêche responsables. Pour ce faire, tu peux par exemple privilégier les labels de pêche responsable - attention, certains sont controversés !

  • Autre bonne habitude à adopter : oublier les poissons d’élevage et les crevettes tropicales, pour manger de saison et local. Ehhhhhh oui : même les poissons varient selon les saisons. Par exemple : l’hiver, c’est la saison du colin, de la lotte, des moules, des huitres et coquilles Saint-Jacques… alors que l’été, c’est la fête à l’écrevisse, à la crevette, au merlu…

  • N’hésite pas à te renseigner auprès de ton poissonnier pour en savoir plus sur l’origine des poissons qu’il te propose et les méthodes de pêche qui ont été utilisées ! De cette façon, tu pourras éviter de consommer certaines espèces en danger comme le cabillaud de la mer du Nord ou le merlu de la mer Méditerranée.

  • Eeeeeet bien sûr, il est préférable de soutenir au maximum la pêche artisanale et d’éviter au maximum les produits issus de la pêche industrielle.

Les différentes techniques de pêche en mer et leur impact, en conclusion

Et voilà matelot : tu connais désormais, dans les grandes lignes, les différentes techniques de pêche en mer. Plus important encore : tu sais pourquoi la pêche industrielle est un vrai fléau qui doit être évité plus que tout ! En plus de capturer plus de poissons que nécessaire (qui meurent parfois dans une agonie interminable), la pêche intensive détruit les fonds marins… et perturbe l’équilibre de l’océan et leur biodiversité ! Pour rappel, les océans sont des puits de carbone naturels essentiels à la vie sur Terre : on doit en prendre soin ! 

DÉCOUVRIR
Mascotte JU par Juliette

[E-book] Découvrez pas à pas le recyclage du plastique avec vos enfants !

Recevez gratuitement la Recyclopédie dans votre boîte mail. Un e-book de 25 pages dédié au recyclage, de votre poubelle jaune jusqu'à la seconde vie de nos déchets. Découvrez une information simplifiée et illustrée, mettez en pratique vos connaissances lors de quiz et d'activités à réaliser avec vos enfants.
En cliquant sur "J'accepte", des cookies seront stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser son utilisation et de contribuer à nos efforts marketing. Politique de confidentialité